Passer du cercle vicieux au cercle vertueux pour sauver AgoraVox

17 novembre, par Jean Dugenêt

Le groupe « amélioravox » a envoyé un communiqué à la direction d’AgoraVox qui continue de faire la sourde oreille. Pourquoi ? Doit-on considérer qu’AgoraVox est manipulé par une clique avec une orientation politique ? Si c’est le cas, nous cautionnons la fourberie en acceptant d’apparaître comme une opposition. Doit-on alors quitter AgoraVox ou essayer encore de le sauver ?

1. Baisse de l’audience et de la qualité des articles

L’audience d’AgoraVox est en chute vertigineuse. Les auteurs sont satisfaits quand le nombre de vues des articles est de plus de 3 000. Nous n’avons plus de statistiques sur les performances d’AgoraVox depuis le 3 octobre 2017, date du dernier article de l’équipe d’AgoraVox. Cependant, nous pouvons examiner quelques données chiffrées. En 2008, quatre articles ont dépassé la barre des 300 000 vues. Une telle performance parait maintenant invraisemblable. Examinons chacun de ces quatre article (voir le classement complet ici). Je mets les quatre liens vers les articles sur les noms des auteurs :
— Clement Doncel ne publie plus depuis le 10 juillet 2019.
— Babar ne publie plus depuis le 1er décembre 2010.
— Norbert Balcon ne publie plus depuis le 4 décembre 2008.
— Voris ne publie plus depuis le 27 avril 2010.

Le record absolu est de 620 781 visites. Il est détenu depuis le 20 mars 2010. Cette année (2022), l’article qui a le plus de vues n’a obtenu que 12 953 vues. La fréquentation a-t-elle était divisée par 10, par 20, par 30 ou par 40 ? Chacun peut poursuivre cette investigation pour tenter de répondre avec précision. Je peux seulement, en l’état, affirmer qu’il s’agit bien de cet ordre de grandeur. C’est une débâcle !

Nous sommes en effet dans un « cercle vicieux » : l’audience chute donc les bons auteurs partent. Du coup la qualité des articles diminue et l’audience diminue encore. D’autres auteurs s’en vont... L’amorce de ce « cercle vicieux » a été le passage de la transparence à l’opacité en 2017 avec par conséquent un changement de politique...

La baisse de la qualité des articles a été particulièrement remarquée par ceux qui écrivent sur AgoraVox depuis plus longtemps que moi. Ainsi, deux membres d’amélioravox m’ont fait part de leur avis à ce sujet. Voici ce que dit l’un d’eux :

"Le véritable problème est effectivement, à mon sens, la qualité des articles. Il suffit pour s’en convaincre de lire ce qui est produit aujourd’hui et de comparer ces articles à ceux produits dans les cinq premières années de fonctionnement d’Avox (2005-2010). Ce qui frappe, c’est l’apparition depuis quelques années « d’articles » qui se situent au-delà de la seule expression libre, ou de l’avis personnel. Au sens strict, ces publications sont de facto des reprises de ce qu’il est convenu d’appeler des fausses nouvelles, quand elles ne sont pas des tentatives de « viraliser » des articles déjà publiés sur d’autres sites, souvent complotistes."

Voici ce que dit l’autre :

"Donc, clairement, l’audience d’Avox plonge. Et ce n’est pas étonnant parce que, entre les bluettes de certains, les pavés de certains autres, les crachats de certains aigris souvent nuls en français, sans parler des posts qui sont souvent au niveau du ca-niveau jetés par des gens qui s’ennuient et pour qui Avox est un club, on voit que c’est devenu un déversoir d’incompétence."

2. Du cercle vicieux au cercle vertueux

Pour sauver AgoraVox, il faut pouvoir passer du « cercle vicieux » au « cercle vertueux » où on verra s’améliorer l’audience en même temps que des auteurs de qualité apparaîtront ou reviendront. Nous aurons alors des articles de meilleure qualité... Pour cela, il faut trouver une amorce adéquate. C’est dans ce sens que je fais des propositions ou que, plus précisément, je propose qu’il y ait de la part de la direction une ouverture aux propositions afin de lancer une nouvelle politique qui devra être proche de celle qui existait avant 2017.
Voilà en effet 5 ans que l’équipe de direction ne communique plus. C’est encore un symptôme d’un état de crise. La gestion est maintenant opaque : Qui dirige ? Qui sélectionne les articles ? Qui décide des suppressions de comptes ?

Nous sommes plusieurs à avoir tenté de faire des critiques constructives et des propositions sans recevoir de réponse. Voici trois articles que j’ai écrits à ce sujet.
Fricotages, magouilles et tripatouillage sur AgoraVox.
AgoraVox restera-t-il un site complotiste ?
Les diffamations d’un fouille merde et de son complice.

Je regrette que les tentatives que j’ai faites jusqu’à maintenant aient échoué. Je n’ai eu aucune réponse. Je ne sais même pas qui lit les mails que j’envoie sur différents emails que ce soit fondation@agoravox.fr ou redacteurs@agoravox.fr. J’ai pris contact aussi avec le secrétariat de M. De Rosnay qui ne s’occupe plus d’AgoraVox. Je n’ai pas trouvé de moyen pour contacter M. Carlo Revelli.

3. Les groupes oppositionnels organisés sur AgoraVox

Nous avons constitué le groupe « amélioravox » pour faire des propositions. Nous savons qu’il y a eu déjà des groupes qui se sont constitués en marge d’AgoraVox avec des projets visant à modifier l’orientation d’AgoraVox. Je ne connais pas toute l’histoire d’AgoraVox mais, étant à l’écoute des options de tous, j’ai eu quelques échos sur des manœuvres de ce type. Un rédacteur m’a signalé :

« Je suis tout à fait d’accord avec vous sur la chute d’audience et d’intérêt d’Agoravox. Vous en connaissez les causes, je suppose, un trollage épouvantable perpétré par une bande de faiseurs d’embarras qui voulaient se venger du directeur du site, pour des raisons qui nous échappent. Ayant presque réussi à dégoûter les visiteurs du site, qui venaient pour lire et commenter, parfois, ils ont continué s’acharnant… »

Il s’agit d’un épisode déjà ancien. Les "faiseurs d’embarras" étaient probablement "Donatien Furtif" et ses deux comparses de l’époque. Sur le site web MaisDisons-Hebdo, il signale en effet qu’ils ont été "virés d’AgoraVox" avant 2011. Je ne me suis guère renseigné sur ce sujet mais il me semble que le site fonctionnait sainement à cette époque puisqu’il avait de bonnes performances et que la direction communiquait en encourageant les propositions et les discussions. Dans ces conditions, il ne me semble guère justifié qu’une opposition se soit manifestée.

Un autre rédacteur m’a fait part d’une activité fractionnelle plus récente visant à « revivifier-agoravox ». Il s’agissait de réunir des intervenants d’AgoraVox partageant quelques options politiques.

Actuellement, un groupe d’intervenants unis dans la défense de la politique de Poutine ne se cache pas d’organiser des séances de tchatches.

Nous retrouvons, sans surprise, dans ces manœuvres, le fouille-merde et son complice dont j’ai parlé dans un autre article.
Je n’ai rien de commun avec ce qu’a fait ce Philippe Huysman et ce que font aujourd’hui le fouille merde et son acolyte. J’ai cité Pangloss ou Cyrus. Je ne sais pas s’ils sont des frères ennemis ou des faux-amis mais ils sont en concurrence puisqu’ils convoquent séparément leurs copains à des séances de tchatche sans doute pour diviser par deux leurs maigres effectifs. Pangloss considère Cyrus comme un handicapé puisqu’il m’a reproché de « me foutre de la gueule d’un handicapé » ce qui pourrait expliquer qu’il veuille être le chef d’une armée sans soldats.

Dans les deux cas, que ce soit l’opération de Huysman ou celle de Pangloss/Cyrus, il s’agit pour eux de contribuer à détruire AgoraVox en tant que site de journalisme-citoyen puisqu’ils veulent rassembler uniquement les poutinistes pour étudier ensemble une stratégie de défense de leur orientation sur AgoraVox. Ils invitent tous ceux que j’ai désignés dans mon article censuré sur AgoraVox : « Les défenseurs de Poutine ».

C’est à dire qu’ils veulent accentuer la censure qui frappe d’interdiction, par exemple, l’article où je donne une définition du mot « poutinolâtre ». Aucun des arguments mis en avant normalement pour le choix des articles ne peut faire obstacle à sa publication. D’ailleurs aucun argument sérieux n’a été avancé. Je ne trouve que des insultes ou des remarques de poutinolâtres offusqués : « l’auteur d’âge mental de 15 ans n’a pas sa place dans un média », « Poutinolâtre est devenu une personne que la propagande n’atteint pas », « Provocation je refuse JL ». Considérer un article comme une provocation c’est bel et bien ressentir cet article comme une atteinte à ses convictions donc à son idéologie personnelle. Il est clair que tous ceux qui sont offusqués par cet article trouvent très bien ce qui a été publié pour expliquer que tous les ukrainiens sont des nazis. Là, il n’y a pas, pour eux, de provocation ! Cela leur parait normal ! Nous voyons bien là qu’il s’agit d’une démarche qui va contre le projet de faire un site de journalisme citoyen où toutes les opinions sont admises pourvu qu’elles soient conformes aux lois en vigueur : pas de racisme, de diffamations...
Vouloir revenir à une saine politique pour un site de journalisme citoyen, ce n’est pas remplacer une ligne éditoriale par une autre. C’est permettre que toutes les opinions légales puissent s’exprimer.

4. Propositions minimales pour un retour à la transparence

Il faut revenir à l’idée de départ puisqu’AgoraVox a fonctionné avec efficacité et succès pendant plusieurs années.
Un site de journalisme citoyen ne doit pas avoir de ligne éditoriale préconçue puisqu’il donne la parole à tous et qu’ainsi les partisans de diverses lignes éditoriales peuvent s’y retrouver et échanger s’ils le souhaitent. Les rédacteurs ne doivent être soumis à aucune pression. Ils doivent pour cela être bénévoles.

Dans le débat sur la situation actuelle avec la guerre en Ukraine, je fais partie de ceux qui s’opposent à la politique de Poutine. Je tiens à le dire d’emblée pour être très clair. Cependant, peu importe que j’aie tort ou raison sur cette question. Je n’ai nullement l’intention de faire en sorte que les idées de Poutine ne puissent pas s’exprimer sur AgoraVox. Je suspecte que ceux qui sont pour Poutine soient favorisés sur AgoraVox. Je peux me tromper. Je sais que d’autres affirment l’inverse. Là encore, cela n’a pas d’importance pour ce qu’il faut faire en urgence afin de tenter de redresser l’orientation d’AgoraVox. Savoir si j’ai tort ou raison d’être ainsi suspicieux nous éloignerait de ce qui doit être la première préoccupation.
Il faut faire des propositions pour qu’AgoraVox revienne à la saine transparence qui existait au départ. Voilà ce qui, de mon point de vue, est important. Or, pour que ceux qui dirigent AgoraVox puissent rouvrir la discussion, il est impératif que les règles affichées soient appliquées. C’est la première étape à laquelle il faut impérativement arriver. Dans l’état actuel, je comprends que les organisateurs n’aient pas envie de soumettre leurs actes à la critique. J’essaie donc de faire des propositions pour définir des règles applicables.

Bien évidemment, puisqu’il y a discussion sur le choix des articles, il faudrait qu’on sache qui choisit les articles et comment les sélectionneurs sont choisis. Cela fait partie de mes propositions. Qui nomme les sélectionneurs d’articles et par conséquent qui est réellement à la tête d’AgoraVox ? C’est en effet la vraie direction d’AgoraVox qui prend cette décision. C’est ce qui doit être dit en premier.

Puisqu’il y a manifestement des exceptions à la règle première qui aboutit à un classement des articles par les choix des modérateurs qui « acceptent » ou « refusent » les articles, il faut que soient définis aussi dans quels cas des exceptions peuvent avoir lieu et comment se fait alors le choix. Je fais donc aussi des propositions dans ce sens.

J’ai à ce sujet émis des remarques que je soumets aussi à la discussion :

• Il pourrait être normal que la direction accorde une priorité à des auteurs s’ils assurent une bonne audience (nombre de vues), s’ils sont fiables en ce qui concerne les droits d’auteurs et la véracité des faits (pas de calomnies, de diffamations) et si en plus ils écrivent convenablement.

• Il pourrait être normal aussi que la direction s’accorde un droit de veto pour bloquer un article même s’il a été retenu par les modérateurs. Cela pourrait se comprendre pour des cas d’intérêt majeur. J’ai vu en modération des articles négationnistes ou ouvertement racistes qui ne sont, fort heureusement, pas passés mais on pourrait comprendre qu’au besoin la direction en interdise, en dernier ressort, la publication.

Les fermetures de comptes sont aussi discutables. Des diffamateurs multirécidivistes sont tolérés alors que d’autres ont eu leur compte fermés pour moins que cela. Qui décide de ces fermetures et sur quels critères ? Il faut aussi qu’il y ait transparence à ce sujet.

Voilà le sens dans lequel je souhaite agir.

Le groupe « amélioravox » est donc ouvert à tous ceux qui sont attachés au journalisme citoyen. Cette orientation est indépendante des points de vue politiques de chacun. Je m’adresse autant aux pro-Poutine qu’aux anti-Poutine. Le journalisme citoyen doit permettre que toutes les idées s’expriment. Vouloir fermer un site de journalisme citoyen au « complotisme » risque de faire glisser sur la pente qui mène à la censure. Cependant, tenir à ce qu’un site soit « alternatif » peut amener à des attitudes sectaires poussant tout autant à la censure.

Je propose en fait de prendre à la lettre ce qu’affirmait l’équipe d’AgoraVox dans la conclusion de son dernier article :

« Si vous pensez avoir des idées novatrices ou un projet pragmatique pour innover et ainsi pérenniser notre média citoyen, n’hésitez pas à nous écrire, de préférence par e-mail (fondation at agoravox.fr). »

J’ai en effet des idées novatrices et un projet pragmatique. Je pense de plus avoir perçu les limites dans lesquelles nous pouvons rester réalistes dans nos propositions. Un rédacteur d’AgoraVox m’a fait cette remarque :

« AVox malgré ses qualités, n’est pas une plateforme coopérative. Cela y ressemble, mais ça ne l’est pas. Car il ne peut pas y avoir de coopération en milieu ouvert, public, gratuit. Cela reste un média, un média amateur participatif, et un média privé. Et comme toute entreprise en économie de marché, elle ne peut ouvrir son pilotage organique à ses clients, adhérents ou autres. Facebook est-il cogéré par ses usagers ? Evidemment non ! »

Il n’est pas question qu’AgoraVox devienne « autogéré » par les modérateurs. C’est à l’équipe de direction de diriger. Je ne le conteste pas. J’ai commencé à proposer dans des discussions une modification de la Charte de modération qui permettrait d’avoir des règles assurément plus proches de la pratique actuelle. Je vous les donne :

• La direction d’Agoravox ou l’équipe d’AgoraVox est composée de (liste de noms). Si les noms ne sont pas publiés, il faut expliquer pourquoi.
• La direction (l’équipe) d’Agoravox nomme une liste de sélectionneurs (préciser au moins le nombre et peut être leurs noms).
• La liste des modérateurs est refaite à chaque début d’année. Elle est composée des rédacteurs qui ont publié au moins 5 articles au cours de l’année précédente (ou un autre nombre à préciser).
• L’espace de modération est entièrement transparent pour l’ensemble des modérateurs mais pas pour les lecteurs et les autres rédacteurs. Pour chaque article proposé, les modérateurs peuvent indiquer s’ils acceptent ou refusent l’article. Ils peuvent préciser les raisons de leur choix ou faire d’autres remarques qui leur sembleraient utiles. Chaque modérateur « signe » son avis avec son pseudonyme habituel de rédacteur. Chaque article proposé a ainsi en permanence une « note » positive ou négative par addition des mentions « acceptation » et « refus ». Les premières donnent un point positif et les secondes un point négatif. Il est souhaitable, que les refus soient assortis de propositions d’amélioration de l’article. Pour chaque article proposé, se trouve ainsi une page d’appréciation dans l’espace de modération.
• Pour chaque nouvelle édition, un comité de sélection, composé d’au moins deux sélectionneurs (ou un autre nombre à préciser), choisit les articles en prenant en principe les mieux notés mais il peut aussi faire exception à cette règle dans les deux cas suivants :
- Le comité de sélection peut éliminer un article bien noté s’il juge qu’il y a un risque pour l’éditeur sur les notions de droits d’auteur, de diffamation (ou autre mais là encore il faut que ce soit précisé).
- Le comité de sélection peut choisir un article qui ne fait pas partie des mieux notés. S’il n’y a pas assez d’articles sélectionnés avec la procédure classique, le comité de sélection choisit d’autres articles rédigés par des « modérateurs » même s’ils sont mal notés.
• Un rapport est publié dans l’espace de modération par un membre du comité de sélection. Les exceptions à la règle principale y sont indiquées et justifiées. Ce rapport est donc visible par tous les modérateurs.
• Les auteurs des articles proposés ont accès en permanence à la « page d’appréciation » de leur article avec les pseudonymes des modérateurs qui ont approuvé leur article et les pseudonymes de ceux qui les ont refusés. Ils ont donc ainsi accès aussi aux remarques et appréciations des modérateurs concernant leur article.
• Après avoir été proposé pendant quinze jours un article proposé qui n’a pas été sélectionné est déclaré refusé par le comité de sélection. Il est donc enlevé de la liste des articles proposés. Son auteur a la possibilité de le proposer à nouveau.
Je n’ai pas d’autre ambition avec un projet de ce type que de faire en sorte que les règles affichées soient celles qui s’appliquent. Je suis bien évidemment ouvert à toutes les autres propositions qui auraient le même objectif. Je pense ainsi permettre que la règle initiale (le classement des articles par les modérateurs qui « rejettent » ou « approuvent » chaque article) connaisse des exceptions. Tout le monde est d’accord sur au moins une chose : il ne sert à rien d’élaborer des principes et des règles s’ils ne sont pas appliqués. Si nous n’arrivons pas rapidement à ce résultat toute discussion devient inutile.

5. Action du groupe amélioravox.

Nous avons envoyé le communiqué ci-dessous à l’adresse email « redacteurs@agoravox.fr » accessible à partir du menu « Qui sommes-nous ? => Contact ». Nous y avons joint les pseudos de dix intervenants d’AgoraVox qui ont ainsi signé ce communiqué. Je regrette qu’aucun des défenseurs de Poutine n’ait signé le communiqué d’amélioravox.
Voici ce communiqué :

Nous n’avons obtenu aucune réponse.

Le fait que la direction d’AgoraVox se mure dans le silence devient de plus en plus inquiétant. Vu l’évolution actuelle, c’est du sabotage organisé. Nous ne pouvons que chercher à comprendre pourquoi ils refusent de tenter de réagir. Qu’ont-ils à gagner ou qu’ont-ils à perdre ? Que craignent-ils ?

6. Propositions pour un véritable site de journalisme citoyen

Ce que nous demandions dans ce communiqué était pourtant minimal et même insuffisant pour qu’AgoraVox redevienne un site de journalisme citoyen. Il faudrait assurément ajouter d’autres propositions. J’en donne à nouveau, à titre indicatif, quelques-unes :

• Les rédacteurs doivent être bénévoles. Bien entendu, ils ne sont pas rémunérés par AgoraVox mais ce n’est pas suffisant. Ils ne doivent pas non plus être rémunérés par un autre organisme pour faire publier des articles sur AgoraVox.

• Un auteur doit publier au moins dix fois plus (ou un autre multiple) de commentaires que d’articles. Il s’agit d’encourager les auteurs à participer un peu à la discussion de leurs articles afin qu’ils répondent aux critiques qui leurs sont adressées. Toutefois, cela ne sera toujours pas une obligation pourvu que la proportion demandée soit respectée.

• Les auteurs doivent écrire eux-mêmes au moins les 3/4 (ou une autre proportion) des articles qu’ils publient. Ils ne doivent pas se contenter de publier des articles écrits par d’autres ou de ne faire que des traductions.

• Les propos diffamatoires qui exposent AgoraVox à des risques de poursuites judiciaires seront sanctionnés par la fermeture des comptes des fautifs.

Nous voyons d’emblée qu’avec de telles règles les comptes d’au moins cinq intervenants devraient être fermés. Ils n’ont pas leur place sur un site de journalisme citoyen.

Pour l’instant de nombreuses questions restent en suspens :
Qui a pris le pouvoir à la tête d’AgoraVox depuis 2017 ? S’agit-il d’une clique politique ayant une orientation précise ? Une analyse fine permettrait sans doute d’apporter de sérieux éléments de réponse à cette question. Quelle fut l’attitude de M. Carlo Revelli lors de ce changement de direction et d’orientation ? A-t-il donné son accord ? Que devons-nous faire ?

Il est certain que ceux qui écrivent des articles dans lesquels ils expriment leur détestation des abus de pouvoir, des actes arbitraires, de la dictature, des fourberies ne peuvent pas se satisfaire de cette situation.

7. Que faire ?

Il reste deux attitudes possibles :
-  Continuer à collaborer avec AgoraVox en essayant encore de redresser la situation. Cela reste-il possible ?
-  Quitter AgoraVox et engager le combat contre une fondation qui n’a nullement à être reconnue d’intérêt publique dans les conditions actuelles.

Un membre d’amélioravox m’a envoyé la proposition suivante :

« Je pense toujours qu’il faudrait écrire un texte bien fichu (à y penser à plusieurs) pour dénoncer Agora, et demander tout simplement la fermeture de ce site incroyablement peu sérieux dans la tenue de sa réglementation et dans le fait que pullule des poutinistes éhontés et soutenus probablement par la direction d’agora. Il me semble qu’il faudrait écrire ce texte et l’envoyer à plusieurs journaux par exemple, comme une forme de pétition documentée. »

Il y a lieu d’hésiter car AgoraVox reste, malgré tout, sur son créneau le site le plus fréquenté. Pour l’instant la question reste donc en débat. Nous invitons tous les intéressés à y participer. Je demande à ceux qui veulent pour cela adhérer à notre groupe d’envoyer un mail à « jeandugenet at gmail.com » avec en objet « amélioravox ».

Je souhaite que vous soyez nombreux à vous joindre à la douzaine d’intervenants qui se sont déjà signalés. Nous verrons ensemble comment nous pouvons agir. Le groupe est organisé sur des principes démocratiques et même libertaires. Tous les inscrits pourront utiliser la liste de diffusion à leur guise. Cependant, toute personne qui s’inscrit en m’envoyant un mail (jeandugenet at gmail.com) avec l’objet « amélioravox » s’engage à supprimer de la liste toute personne qui en fera la demande afin qu’elle ne soit jamais dérangée.

Ce groupe est donc ouvert à tous ceux qui sont attachés au principe du journalisme citoyen et je souligne donc qu’il est ouvert à ceux qui soutiennent actuellement la politique de Poutine. Je connais un intervenant qui soutient la politique de Poutine et qui est attaché au journalisme citoyen. Je ne pense pas qu’il aura envie de nous rejoindre mais, si c’était le cas, il serait le bienvenu.

J’estime que, malgré toutes les critiques que j’ai à faire, AgoraVox reste le meilleur site de journalisme citoyen. Il faut essayer de le sauver car, s’il continue sur cette pente, il va falloir envisager de trouver des portes de sorties. Nous savons qu’une concurrence de qualité existe déjà mais elle est loin, pour l’instant, d’avoir le même succès qu’AgoraVox qui, malgré tout, a encore une certaine audience. Il n’est pas acquis que cela va durer longtemps.

Si je souhaite qu’AgoraVox redevienne un véritable site de journalisme citoyen c’est évidemment parce que je pense qu’il ne l’est plus et donc que je veux modifier son orientation actuelle. AgoraVox s’est éloigné de sa vocation première. Il a maintenant une ligne éditoriale non affirmée. Le site à une réputation de site complotiste et bien des agoranautes considèrent qu’AgoraVox est un site « alternatif » (comme ils disent) et doit le rester. Ils invitent d’ailleurs parfois ceux à qui cela déplait à aller voir ailleurs. Ils considèrent donc, eux aussi, qu’AgoraVox a une ligne éditoriale bien définie et ils sont satisfaits de cette ligne.

Maintenant, comme beaucoup d’autres auteurs, je me demande combien de temps encore je continuerai à publier ici. Je me demande surtout pourquoi ceux qui, de fait, dirigent AgoraVox s’enferment dans le silence. Qui sont-ils ? Ont-ils quelque chose à cacher ? Leur pouvoir pourrait-il ne pas être légitime ? Que craignent-ils ?

Si on ne réagit pas pour amorcer maintenant le départ d’un cycle vertueux la qualité des articles va continuer à diminuer et il faudra bientôt publier les articles de Cyrus. Vous voyez ce que ça va donner !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Nordine, victime de 7 tirs policiers est menacé de prison.

4 décembre, par sendep

Après avoir survécu à 7 balles de tirs policiers, Nordine est aujourd’hui jugé pour un « refus d’obtempérer ». Le verdict du délibéré aura lieu le 29 novembre 2022 et est attendu non sans une certaine (...)

LIRE LA SUITE

Honte à Mathilde Panot !!!

30 novembre, par Roberto Ferrario 3 coms

Chers amis et camarades après cette déclaration je vraiment un problème de conscience politique si on peux l’appeler dans cette façon... Et je me demande quel futur pour ma personne dans la France (...)

LIRE LA SUITE

Romper el bloqueo ! C’est l’heure de l’mettre !

30 novembre, par Podcasts 2 coms

Ce Mercredi 23 Novembre 2022, à 18h30 c’était L’Heure de l’mettre, et la Sainte interruption de la corrida sur Radio Campus Lille, 106,6 Mhz, https://www.campuslille.com/ Tous les pays du monde (...)

LIRE LA SUITE

Le fact-checking de Facebook : est une forme de censure (...)

26 novembre, par Roberto Ferrario 1 com

Hier je été "obligé" d’effacer deux articles accusé par les modos de Facebook d’être un comme une fakenews et l’autre de "contexte manquant" pour le dernier je précise les choses dans le prochain (...)

LIRE LA SUITE

Au revoir Kiev, bonjour Côte d’Azur

25 novembre, par Roberto Ferrario

Di Olga Sukharevskaya, ex diplomatica ucraina Alors que les Occidentaux envoient de l’aide, voici comment les élites corrompues d’Ukraine profitent du conflit Depuis le début de l’offensive (...)

LIRE LA SUITE

Samedi 26 novembre 2022, 15h - Rassemblement devant le siège (...)

25 novembre, par Longues marches

Samedi 26 novembre 2022, 15h Rassemblement devant le siège d’Apple 114, avenue des Champs-Élysées (Paris) Soutien internationaliste aux ouvriers chinois de Foxconn soulevés contre le despotisme (...)

LIRE LA SUITE